Frédéric-César de La Harpe (1754-1838)

L’ambiance est lourde du côté de Vienne en ce mois de décembre 1814. Après la parenthèse des Cent-Jours, le Congrès convoqué pour régenter l’Europe postnapoléonienne a repris ses travaux, qu’il est sur le point d’achever. Reste le cas complexe de la Suisse, si divisée. Que faire, par exemple, du canton de Vaud, souverain depuis 1803?

Les Bernois cherchent à récupérer leur « cellier » lémanique… mais le canton se rebiffe! La résistance s’organise autour de Frédéric-César de La Harpe, né à Rolle en 1854. Avocat de formation, il est ambitieux, qualité guère prisée sous la férule bernoise. Il accepte alors de devenir précepteur d’un prince russe, puis de partir à Saint-Pétersbourg pour s’occuper des petits-fils de la Grande Catherine. L’un d’eux deviendra tsar sous le nom d’Alexandre Ier et une amitié profonde unira le maître et l’élève.

Homme des Lumières, La Harpe entre en politique à travers une affaire familiale. Son cousin Amédée, général de Bonaparte, participé aux frémissements de la Révolution vaudoise, dès 1790. Les Bernois sont rancuniers: la mort tragique d’Amédée à peine connue, ils exproprient ses descendants. Frédéric-César court à Paris, prend langue avec les autorités républicaines, défend les droits de sa famille et prépare avec ses interlocuteurs la libération de son canton. Elle surviendra en 1798. Avoir ouvert les portes de la Suisse aux Français lui sera longtemps reproché…

Pour l’heure, La Harpe n’en a cure: il s’engage en faveur de la République helvétique une et indivisible désormais en place: Vaud est l’égal de Berne! Il entre même au gouvernement mais, impatient, veut accélérer les réformes. Il fomente un coup d’Etat en 1800, qui est éventé. Arrêté, il s’évade de façon rocambolesque et se réfugie à Paris, mais avec interdiction absolue de s’exprimer sur les affaires de son pays…

La Harpe revient aux affaires dans le sillage d’Alexandre, avec lequel il n’avait cessé de correspondre. Alors que les Russes approchent de la France, il rejoint son ancien élève et deviendra l’un de ses plus proches conseillers, aux heures chaudes de la liquidation de l’Empire napoléonien. Ambassadeur officieux de son canton à Vienne, il arrivera à ses fins: le canton est sauvé, malgré la mauvaise humeur des Bernois et de Metternich…

De retour en Suisse, il s’installe à Lausanne, appuie les autorités vaudoises, participe au développement de l’Académie, puis prend ses distances du conservatisme buté affiché par le Conseil d’Etat. Grand lecteur de Benjamin Constant, il entre au Grand Conseil et prend sous son aile le jeune mouvement libéral. Ancien républicain centralisateur, il adhère au fédéralisme, vecteur désormais essentiel de la liberté individuelle. Il meurt en 1838, à son domicile de la Rue Marterey.

  • O. Meuwly (dir.), Frédéric-César de La Harpe 1754-1838, Bibliothèque historique vaudoise, Lausanne, 2011
  • O. Meuwly, Frédéric-César de La Harpe citoyen de Rolle, Commune de Rolle, 2011 (peut être obtenu gratuitement auprès du secrétariat municipal de la commune)