Soirée annuelle, le vendredi 1er décembre 2017 dès 19h00 à l’Hôtel Mirabeau, Lausanne

Tables de 8 personnes. Celles et ceux qui souhaitent réserver une table sont priés de l’annoncer lors de leur inscription.


19h00 apéritif avec les vins du CDL

***

20h00 partie officielle discours de bienvenue du Président du CDL

Puis repas

***

Dès 23h30 tirage de la tombola avec trois superbes lots

***

Bal
Avec l’orchestre Midnight

***

Menu

Foie gras de canard maison au naturel et sa petite salade de mesclun

***

Saucisses blanches (2 pièces) sur radis bière (très finement coupé) et sa moutarde douce

***

Suprême de volaille du Seeland, sauce aux morilles
Tagliatelle, purée de petits pois et de carottes

***

Vacherin Mont d’Or et pain aux noix

***
Omelette norvégienne

***

Vin blanc
Vin rouge
Eaux minérales gazeuses et non gazeuses

Café

Prix

CHF 80.- par personne
Tout compris : apéritif, menu, boissons, café

Inscription

Inscription jusqu’au vendredi 24 novembre 2017 au moyen du talon-réponse qui se trouve dans CDL infos 4/2017 ou au moyen du formulaire de contact du présent site en prenant soin d’indiquer: nom, prénom, adresse, nombre de personnes, table de huit et nombre d’invités, le cas échéant.

Visite apéro du jeudi 23 novembre 2017 à 17h00 à la Cinémathèque suisse (Penthaz)

L’accès à toutes les collections de la Cinémathèque suisse restera fermé jusqu’à l’ouverture officielle du nouveau Centre de recherche et d’archivage de Penthaz, prévue en 2019.

Toutefois, à titre exceptionnel, la Cinémathèque ouvre ses portes aux membres du Cercle pour une visite guidée des futurs locaux de l’institution. Ne manquez donc pas cette occasion de visiter en primeur les locaux de cette institution du cinéma suisse!

La visite, de deux heures environ, sera suivie d’un apéritif.

Inscription

Au plus tard jusqu’au jeudi 16 novembre 2017 sur la page Contact du présent site internet.

Bulletin no. 4/17 – Novembre 2017

Bulletin no. 4/2017 – Novembre 2017 (3.66 Mo)

ÉDITORIAL
A chacun son cinéma

VISITE APÉRO À LA CINÉMATHÈQUE
Jeudi 23 novembre 2017 à 17h00 à Penthaz

SOIRÉE ANNUELLE
Vendredi 1er décembre 2017 dès 19h, à l’Hôtel Mirabeau, Lausanne

DOSSIER SPÉCIAL SUR LA CINÉMATHÈQUE
La Cinémathèque suisse
De nouveaux locaux à Penthaz
Les Amis de la Cinémathèque

LES JEUNES ONT LA PAROLE
Une baisse d’impôts pour la classe moyenne: aboutissement de l’initiative !

VUE DU CONSEIL
L’argent n’a pas d’odeur

PROCÈS-VERBAL DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU CDL
Séance du mercredi 29 mars 2017

TIR
Résultats des tirs de l’Isle du jeudi 24 août 2017

CALENDRIER

Portrait des membres du Cercle: Maxim Wuersch

Si Olivier Meuwly a dressé le portrait de grandes figures vaudoises, le CDL vous propose une série de portraits de ses membres, qui gagnent à être connus, de leur vivant.

Rencontre avec Maxim Wuersch, 29 ans, membre du CDL depuis environ 4 ans, un libéral humaniste et philanthrope au look de dandy.

Maxim, économiste d’entreprise, travaille pour Insertion Vaud. C’est aussi le fondateur de la marque Monsieur Papillon, projet entrepreneurial de création de nœuds pap’ faits en Suisse.

Que faites-vous?

Je suis chargé de relations publiques pour Insertion Vaud, l’association faîtière des organismes d’insertion vaudois. Mon but est de rapprocher des entreprises et ces organismes afin de générer davantage d’opportunités de placement pour les bénéficiaires de l’aide sociale. C’est parfois difficile d’entrer en contact avec les patrons, surtout quand ils n’ont jamais employé de personne en réinsertion, notamment en raison des préjugés négatifs qu’il peut y avoir à ce sujet. Mais s’ils ont déjà une expérience de collaboration avec un organisme d’insertion, c’est plus facile. Les bénéficiaires sont généralement très motivés. Souvent, ils n’attendent que ça, qu’on leur offre la chance de faire un stage ou un apprentissage. Dans l’ensemble, les employeurs et employés sont heureux des collaborations que l’on met en place.

Quant à mon activité parallèle, Monsieur Papillon, je vois ça comme un hobby, commencé en 2015. Je crée les modèles de nœuds papillon et choisis les tissus, puis je soustraite la confection à Créature, un atelier de couture à Genève, qui collabore avec plusieurs jeunes créateurs. Cette entreprise emploie des femmes en réinsertion ou victimes de violences et les aide à se réinsérer professionnellement. Les emballages sont réalisés chez Polyval, une autre entreprise de réinsertion sociale située à Cheseaux-sur-Lausanne. Une fois le nœud papillon produit, je me charge de la vente et de la représentation via mon site internet ou en collaborant avec plusieurs revendeurs.

Quel est votre parcours?

J’ai suivi un parcours faisant la part belle à notre système de formation flexible et perméable, du CFC d’employé de commerce à la Matu Pro, puis la Haute Ecole de Gestion, afin de devenir économiste d’entreprise.

En ce qui concerne la couture, j’ai suivi quelques cours avec une couturière avant de lancer mon entreprise, mais je préfère sous-traiter la confection parce que coudre un nœud papillon, c’est long et difficile, et j’admire le talent des couturières qui font ça mieux que moi.

Pourquoi avoir lancé Monsieur Papillon?

A la base, j’aime porter des nœuds pap’ et j’ai eu envie de fabriquer mes propres accessoires, plus que de les vendre. Je cherche avant tout à réaliser de belles créations plus qu’à faire du bénéfice. Mes nœuds sont originaux, abordables, en séries limitées et de qualité. De plus, ils sont produits localement et soutiennent des projets sociaux. Pour les magasins, je choisis des lieux qui ont une âme, qui m’ont plu avant de me servir de lieux de vente.

Ce que je recherche avant tout, c’est à faire plaisir à mes clients. J’aime la proximité avec mes clients et mes revendeurs qui sont aussi des amis. Je me souviens d’un client qui avait eu mon numéro par notre barbier commun. Il me téléphone le mardi en me disant qu’il doit se rendre en Turquie en fin de semaine pour un mariage. Ça a été la course mais je me suis débrouillé pour lui apporter sa commande sur le quai de la gare de Genève. J’ai ensuite reçu des photos de ce client à ce mariage, portant mon nœud pap’.

Et quel conseil donneriez-vous à un jeune qui voudrait se lancer?

Il faut croire à son idée et tout donner. Je n’ai pas compté les heures de travail et les nuits blanches. C’est plus un investissement de temps et d’énergie que financier. Mais il est vrai que je ne cherche pas le profit.

Vous êtes membre du CDL. Pour vous, c’est quoi le Cercle et que vous apporte-t-il?

Spontanément, l’art du bien manger et du bien boire dans une ambiance sympathique et intergénérationnelle. J’ai d’ailleurs fait rentrer ma mère au Cercle. J’aime ce sentiment d’appartenance, j’y retrouve de vrais amis et j’y rencontre des gens avec qui je partage les mêmes centres d’intérêt.

J’étais actif aux Jeunes Libéraux Radicaux. Un ami m’a invité à y entrer en me disant “Viens, c’est sympa”. Je m’y suis peut-être intéressé au début pour le réseautage et par curiosité. Mais c’est la convivialité et la philosophie du Cercle qui m’ont convaincues d’y adhérer. J’ai depuis abandonné la politique et quitté le comité du parti, mais je suis resté au Cercle.

Historiquement, l’aspect du CDL qui me tient à cœur est son rôle d’assurance et d’espace d’entraide mutuelle. Un groupe solidaire, d’aide et de soutien. D’ailleurs, la permanence juridique et la commission santé-social tiennent encore aujourd’hui ce rôle. Aujourd’hui, ce sont les assurances sociales étatiques qui jouent le rôle que tenait le Cercle à l’origine. Mais je sais que si un jour un membre a un problème, se retrouve dans le besoin, le Cercle et ses membres seront là pour l’aider.

Aujourd’hui, je pense que le CDL doit continuer à inciter la population à la participation politique et à l’exercice des droits de citoyens, comme à l’origine. Il doit continuer à servir de lieu de rencontre et d’entraide, un peu comme un club service qui œuvrerait pour la démocratie et le pays de Vaud.

Les nœuds de Monsieur Papillon peuvent être assortis à des pochettes. Le site propose un tutoriel de nouage mais Maxim a pensé à tout et vend également des pré-noués.

On peut trouver ses créations chez Monsieur Alain, une boutique lausannoise de vêtements masculins, chez son barbier, Wood, à Genève, ainsi qu’à Grandson, chez RP Styles. On peut également commander sur son site internet, https://www.monsieurpapillon.ch.