Bulletin no. 3/19 – Août 2019

Bulletin no. 3/19 – Août 2019 (11.4 Mo)

Edito
De la canicule à la fièvre des élections fédérales

Sortie d’automne des 9-10 novembre 2019
Fête et marché de la Saint-Martin

Rendez-vous culturel du 1er octobre 2019
“Moudon, capitale judiciaire et haut-lieu du droit vaudois”

Dossier spécial sur les élections fédérales
Les candidats PLR prêts pour pallier aux défis d’aujourd’hui et de demain
L’innovation doit jouer un rôle central pour trouver des solutions aux nombreux défis de notre société
Le climat fait partie intégrante des préoccupations des JLRV

Les jeunes ont la parole
Pourquoi les jeunes ne votent pas

Démocratie directe
Quelles limites pour la majorité?

Coeur à coeur
Très chère AVS…

Clic-clac
Apéro sous la tonnelle, visite de la villa “Le Lac” de Le Corbusier

La gâchette
Dates d’entraînement 2019/20

Calendrier

Bulletin no. 2/19 – Mai 2019

Bulletin no. 2/19 – Mai 2019 (11.0 Mo)

Edito
Vous avez osé…

Hommage à Pascal Petter
par Olivier Meuwly

Soirée-débat
“Démocratie directe: quelles limites pour la majorité?”

Apéros sous la tonnelle
Chardonne

Rendez-vous culturel
La villa “Le Lac” de Le Corbusier

A la découverte de Lavaux
Balade avec le Lavaux Express

L’écho du Grand Conseil
Catastrophisme ambiant au Grand Conseil

Les jeunes ont la parole
Business as unusual

Dossier
Lausanne, capitale mondiale de la tapisserie
Conférence sur la Fondation Toms Pauli

Droit au but
Mon mari est parti

Le nouveau Comité
La photo 2019

Clic clac

La gâchette
Les rois et reines du tir 2019/19

Assemblée générale 2018
Procès-verbal

Calendrier

Marc Mousson (1776-1861)

Trajectoire fascinante mais méconnue que celle de Marc Mousson! Ce fils de pasteur originaire de l’Ariège et bourgeois de Morges en 1791 assurera à lui seul une sorte de continuité informelle du pouvoir helvétique pendant plus de 30 ans, durant les heures tumultueuses de la République helvétique, de la Médiation et de la Restauration.

Né le 17 février 1776, Mousson opte pour la profession d’avocat, avant de se laisser happer par le tourbillon politique. Membre de l’Assemblée provisoire en 1798, il en devient le secrétaire, à la demande du président Glayre. Puis il suit son mentor à Aarau, premier siège du Directoire helvétique, dont il est le secrétaire général. Sa carrière de grand serviteur de l’Etat commence!

Loyal et compétent, il survivra aux nombreuses secousses qui malmènent la République, sans crainte de se brouiller avec La Harpe, qu’il refusera de suivre dans une tentative de coup d’Etat, en 1800. A peine l’encre de l’Acte de Médiation est-elle sèche qu’on retrouve Mousson dans les couloirs de ce qui tient lieu de gouvernement suisse, avec le titre de chancelier. Proche du landamann Louis d’Affry, il sera également fort apprécié de son successeur, le Bernois Rodolphe de Watteville.

Mousson sait se rendre indispensable et participe de fait à la conduite du pays. Les puissances qui se penchent sur le destin de l’indisciplinée Confédération à la chute de l’Empereur ne s’y trompent pas: ils ont compris qu’ils possèdent en Mousson un interlocuteur dont l’influence dépasse de loin le périmètre de ses compétences effectives.

L’Autriche et la Prusse honoreront d’ailleurs le Morgien, véritable “ministre qui n’en a pas le nom” comme le qualifie Georges Andrey, de prestigieuses décorations. Au faîte de son influence, il intercédera en 1814 en faveur de son canton, soucieux de ne pas retomber dans l’orbite bernoise, par ses relais auprès des cours européennes…

La Restauration, qui n’épargne pas la Suisse, ne déplaît pas à Mousson. L’ancien révolutionnaire, homme foncièrement modéré, se montre vite sceptique envers les mouvements plus libéraux, en phase ascendante au fur et à mesure que les puissances imposent à la Suisse une politique plus draconienne, notamment en matière de presse.

Il donne sa démission le 29 juillet 1830, alors que s’ouvre une ère nouvelle, qui ne correspondait guère à ses aspirations profondes. Son fils Henri lui succédera, pour trois ans seulement, puis deviendra bourgmestre de Zurich en 1836, donnant l’exemple rare d’un Romand qui a pu s’imposer dans un canton alémanique. Marc Mousson s’éteint paisiblement le 21 juin 1861.

Georges Andrey et Maryse Oeri von Auw, Marc Mousson. Premier chancelier de la Confédération, Bière, Cabédita, 2012

Bulletin no. 1/19 – Mars 2019

 

Bulletin no. 1/19 – Mars 2019 (11.6 Mo)

Edito
2019, année du renouveau

Rendez-vous culturel
La Maison de la Rivière

Assemblée générale 2019
Mercredi 3 avril 2019

Sortie de printemps
Lyon et sa gastronomie

Grandes figures vaudoises
Marc Mousson

L’écho du Grand Conseil
La Fête des vignerons au Grand Conseil

Les jeunes ont la parole
Une mise sous tutelle larvée des communes

Dossier
Fête des Vignerons 2019
Interview avec l’historienne Sabine Carruzzo-Frey

Visite apéro
Mercredi 10 avril 2019 au Musée de la Confrérie des Vignerons à Vevey

Sondage sur les activités du Cercle
Les résultats

Cœur à cœur
Il va falloir mieux écouter le malade!

Clic clac

Droit au but
Accidenté, je ne peux plus skier: qui va payer?

Assemblée générale 2018
Procès-verbal

Calendrier